SHIKOKU HAIKU MEGURI

s-shikoku-haiku-meguri-logo-1.jpg

 

Carnet de voyage :

 

Jeudi 13 septembre (jour 1) :

En transfert à Séoul:

Ah les hôtesses et le vocabulaire courant!!

Mon voisin demande un soda et des glaçons... L'hôtesse:

"Voici votre soda, mais je n'ai pas de glaçons, je vais en chercher, ne bougez pas!!" (C'est vrai que nous étions en train de nous demander si nous n'allions pas consommer notre boisson en terrasse, aile droite ou gauche?)

Déjà deux avions et 17 heures de voyages depuis la maison! Tout va bien... Survole de la France, puis de l'Europe de l'Est, la Russie, la Mongolie, la Chine et la Corée à 11000m d'altitude, temps clair (les paysages!!), -55 degrés, 915km/h...

(Note pour mes élèves : il faut bien apprendre l'anglais car les films américains non traduits, pas évident!!)

Quelques heures à attendre dans l'aérogare, en voici la vue:

img-2700.jpg

 

Pluie de fin d'été

Elle ne l'arrêtera pas

Le ballet d'avions

 

Nos gentils organisateurs nous présentent le détail de notre séjour...Alléchant!

 

Année du dragon

Il me faut son énergie

Quel programme !

 

Arrivée à Takamatsu... Nous sommes au japon!!

Presque oubliée

La beauté d'un nuage

Dessous, dessus !

Tout le monde est charmant, le personnel, les douaniers, chacun s'intéresse à notre venue et notre projet!

 

Quel comité d'accueil :

comité d'accueil!

Bienvenue à Shikoku (Shi: 4, Koku: pays, région, détail plus bas), je rencontre enfin Ozaki San (au centre), la présidente de Shikoku Muchujin, que je ne connaissais qu'au travers de vidéos de présentation...

 

Nous sommes pris en charge comme des VIP, bus particulier pour nous rendre dans la localité de Marugame connue pour ses éventails et son saké, un magnifique hotel (Okura Hotel) dont la vue de la fenêtre de la chambre, de nuit, laisse augurer un magnifique réveil (photo demain!!).

Comme toujours l'accueil! L'hotel possède de belles chambres, un O-Furo (bain traditionnel), deux restaurants dans le hall d'entrée (un français: les saisons, mais nous sommes attendus au restaurant japonais, le Shikitei, la maison des quatre saisons).

Pour vous faire une idée:

dsc-5910.jpg   dsc-5907.jpg  dsc-5894.jpg  dsc-5905.jpg

C'est ici... le hall... une exposition d'éventails (déjà dans le ton de la région, nous y reviendrons dans un autre billet!)

Par cette chaleur

Marugame Uchiwa

Casés sur le mur

(Marugame Uchiwa: les éventails de Marugame. En japonais le vent se dit Kazé...;-)

Repas au Shikitei, le restaurant reste ouvert pour nous, Obento (menu traditionnel: sashimi, tempura, soupe miso, riz blanc, fruits frais... Beau et bon!! Subarashi desu! Oishi desu!

dsc-5898.jpg

Un grand merci à nos GO et à l'hôtel Okura Hotel de Marugame pour son investissement.

www.okurahotel.co.jp

 

Oyasumi nasaï!

A suivre...

 

 

Vendredi 14 eptembre (jour 2) :

 

Le réveil sonne, je me précipite pour voir la vue... C'est l'horizon qui est embrumé! Peut-être demain pour la photo...

 

Je profite du petit déjeuner pour demander à Maïko de me conseiller sur la fin de mon premier haïku en japonais écrit la veille en me couchant :

 

Natsu no Kaze

 

Marugame no Sake

 

Chotto Adjimi !

 

(Vent d'été-le saké de Marugame-juste goûter! (avec modération, toujours!))

 

 

 

Départ pour le temple Myohoji, plus couramment appelé "temple de Buson", car le fameux poète y a vécu et ses cendres y résident pour l'éternité... Des journalistes sont présents pour nous suivre dans cette première journée...

 

 

 

Matin de brume

 

J'aperçois le papillon

 

Buson Dera ---

 

img-2763.jpg

 

Nous entrons avec le fils du responsable du temple (tous deux bonzes!), qui nous présente le jardin et des stèles dédiées à Buson.

 

Nous faisant la rencontre du "Bonze en chef", un vieil homme charmant et plein de gentillesse, puis nous passons dans le Hondo (la salle principale d'un temple dans laquelle se trouve l'autel, la salle des cérémonies), pour assister à la conférence de Masazumi Noguchi Sensei (Prix Kikuchi Kan de Kagawa), qui nous explique la genèse et l'essence du haïku, nous présente un par un (avec des traductions françaises) tous les vocables importants de cette discipline et nous rappelle les grands classiques (Sokan, Bashô, Issa, Buson...) Il insiste aussi sur l'importance du rythme (5,7,5) et du Kigo (mot de saison) pour la composition de haïkus classiques.

 

Le haïku c'est admirer les fleurs, les oiseaux, le vent, la lune et composer naturellement! (C'est tellement simple dit ainsi!)

 

img-2761.jpg  img-2756.jpg  img-2752.jpg img-2740.jpg

 

Les stèles, les instruments pour les cérémonies dans un temple Zen (Cloches, Mokugyo (tambourin de bois en forme de poisson), table pour les sutras...), notre Sensei avec un chapeau dit de l'homme de thé (en référence à Sen no Rikyu, grand maître de la cérémonie du Thé de la fin du XVIème Siècle), les concepts essentiels...

 

 

 

Prenant congé de nos hôtes si sympathiques, nous allons au port pour prendre un bateau qui nous amènera sur l'île de Honjima, non loin de Marugame en longeant le Pont de Seto (Seto O Hashi, quel ouvrage!).

 

img-2884.jpg

 

Seto O Hashi

 

Je n'en voyais pas la fin

 

Brise marine

 

 

 

Arrivés sur lîle par l'un des huit petits villages de pêcheur qu'elle compte, nous nous engouffrons (et ce n'est rien de le dire!! sept sans compter le chauffeur! ;-)...) dans une petite camionnette dont l'arrière se compose d'un tatami posé au sol à la place des sièges (!!), tranche de vie...

 

 

 

Serrés dans le coffre

 

Elle me gratte le dos ---

 

La goutte de sueur

 

 

 

Nous arrivons devant une maison traditionnelle dans le village de Kasashima (maison bateau, car construite par des charpentiers de marine il y a plus d'un siècle, et dont la forme reprend la forme des bateaux traditionnels), sur le seuil de laquelle nous attend notre adorable hôtesse (restaurant Yakata Bune!), et là encore, quel repas...

 

img-2802.jpg  img-2803.jpg  img-2784.jpg img-2794.jpg

 

 

 

La table est dressée

 

Subarashi! Oïshi!

 

Yakata Bune

 

(Subarashi : magnifique, Oïshi : délicieux)

 

 

 

Comment remercier tous nos hôtes de ces moments, il faut vraiment découvrir cette région... "Les charmes de Shikoku", ce n'est vraiment pas une légende!!!

 

Le programme de l'après-midi est une balade dans et autour de l'île... le haïku, c'est observer la nature...

 

 

 

Dans Kasashima

 

Niwaki ébouriffé

 

Petit coin d'ombre

 

img-2822.jpg

 

Quelle vue elles ont!

 

Kasashime Kamome

 

Le pont de Seto

 

(Kasashime Kamome: les mouettes de Kasashima)

 

img-2870.jpg

 

 

 

Ses reflets dorés

 

Sur la mer intérieur

 

Assis sur le pont

 

img-2875.jpg

 

 

 

Retour à Marugame...

 

Nous avons les chevaux, les japonais ont les courses de bateaux, "Boat Race", c'est à voir!! Les paris sont ouverts...!

 

img-2903.jpg

 

 

 

La journée se termine au O Furo de l'hôtel (bain traditionnel) !! Sans oublier la mise à jour!!!!

 

 

 

www.busondera.com

 

 

 

Matta ashita!

 

 

 

A suivre...

 

 

Samedi 15 septembre (Jour 3)

 

Il y aura un petit retard dans la mise à jour car ce soir nous dormons au temple «Zentsuji », donc pas de connexion internet.

 

Début de journée magnifique, il est tôt, je mets à profit mon avance pour aller photographier quelques Niwaki (arbres taillés, on parle souvent de taille en nuage en France), qui ornent les rues… ! Leçon de taille !

 

img-2924-1.jpg

 

 (Cèdre de l'himalaya, Cedrus Deodara)

 

Après le petit déjeuner (traditionnel pour certains (sashimi, soupe, alevins grillés, riz, omelette…), traditionnel pour d’autres (!!) (pain, croissant, jus d’orange, confiture, céréales), nous allons visiter le musée de l’éventail de Marugame (spécialité de la ville, un souvenir incontournable à ramener!!).

 

img-2926.jpg

 

C’est un éventail, dont la structure est en bambou (non pliant), couper en fines lamelles sur les deux tiers (environ…) qui sont recouvertes d’un papier (washi, papier de riz, certains peuvent être enduit pour résister à l’eau…) décorés de différents motifs… Le musée: 

 

 

 

img-2955.jpg  img-2954.jpg  img-2950.jpg

 

Nous assistons à une démonstration de leur fabrication par un artisan, dont la rapidité et la dextérité sont tout simplement ahurissantes !! Nous sommes mis à contribution… Il faut le dire, nous essayons l’étape la plus facile (!!) et nous avons du mal !! 

 

img-2932.jpg  img-2937.jpg  img-2935.jpg

 

Le bambou sec est fendu en lamelles, désépaissies sur les deux tiers qui seront à leur tour recoupées en fines lamelles d’environ 5mm de large. Les fibres de ces petites lamelles sont alors cassées (l’étape que nous essayons !!) pour les rendre plus souples et faciles à travailler… Nous n’assistons pas à la mise en place du papier… Une autre fois !! 

 

Il est bien docile

 

Entre ses mains expertes

 

Le bambou sec ---

 

 

 

Petit détour pour aller saluer Tagawa San (directeur de l’office du tourisme de Marugame), qui sculpte aussi des chevaux en patte de riz (Uma Dongo) pour les fêtes traditionnelles.  

 

img-2956.jpg

 

 

 

Visite du Marugame-jo, le château qui domine la ville (le plus petit du japon, mais un des douze restants encore en bois !!)

 

img-2987.jpg

 

Le donjon en bois

 

Refuge d'ombre et de d'air frais ---

 

Après la montée

 

 

 

Puis déjeuner en ville dans le restaurant Shinsei (nouveau monde), spécialités ?? Sashimi, dans des salons en tatamis ! Typiques et très bon (à signaler au guide du routard !) 

 

img-3019.jpg

 

Nous rejoignons ensuite Ozaki San, chez elle, pour une présentation de différentes formes de poésie classique (Renga poésie enchainée écrite à plusieurs, 5-7-5-7-7-5-7-5…, Tanka 5-7-5-7-7, Haïku 5-7-5) par Syuzo Taki Sensei. Une approche originale, très intéressante, nous permettant de rentrer encore plus profondément dans la culture de ce pays. Merci, Merci (Sensei, Ozaki san).

 

Notre ami journaliste du Asahi Shinbun Takayama San, et Taki Sensei, nous proposent de composer un haïku, qui est immédiatement traduit en japonais et qui sera publié dans le journal après lecture et appréciation du maître.

 

Kusari no wa

 

Renga no gainen

 

Senaka kaze 

 

(Maillon d'une chaine-L'explication du Renga-L'air frais dans le dos)

 

La journée (bien remplie !) se termine au Zentsuji, temple de la secte Zen Shingon, qui nous accueille pour la nuit. (Le 75ème temple du pèlerinage et aussi le plus important, fondé par Kobo Daishi au début du IXème siècle, son lieu de naissance le "Kanchi-in" fait partie de ce complexe). Notre programme : installation, photos, Repas, O Furo et dodo… Demain lever 5h pour assister à la cérémonie !

 

img-3051.jpg 

 

Cloche du temple

 

La chaleur étouffante

 

Moustique et encens

 

 

 

A suivre…

 

 

Dimanche 16 septembre (Jour 4)

Premier..., Première...,!!

Lever 5h pour participer à la cérémonie du matin avec les moines du temple Zentsuji. Chant de sutras, intervention du supérieur, Hannya Shingyo, Encens, nous sommes entourés de pèlerins... La cérémonie terminée nous sommes invités à descendre sous le Hondo (salle de cérémonie) pour "marcher sur la voie de bouddha"... (couloir de 100m, dans le noir complet, nous guidant avec la main sur le mur, je garde l'autre en protection au-dessus de ma tête!! Un autel à mi-parcours!!)

Départ pour la ville de Nio, afin de rencontrer Taoka San, et découvrir avec elle une fête traditionnelle dans un petit village.

Leçon d'architecture japonaise: Tradition-Modernité

img-3110.jpg Chez les Taoka (2 générations)  img-3143.jpg

img-3113.jpg                                                                     img-3124.jpg

img-3131.jpg Passion des traditions... Une pièce pour la cérémonie du thé.

Arrivée à la fête de Nio, sur l'ancienne place du château, Hassaku Ringyo Matsuri... Fête de village, pour célébrer les filles...

Nous arrivons à l'heure pour le concert de Taiko (tambour)

img-3163.jpg

Repas à "l'estanquet" local (pensée pour les fêtes du sud-ouest!!), nous visitons les expositions et sommes invités à une cérémonie du thé organisée par le maître de thé de Taoka San, et servi par une de ses élèves.

img-3179.jpg

Au plus près de la tradition, armés d'un plan et d'un schéma représentant les 25 stands (mise en scène représentant des contes ou bien des passages du dit des Genji) à visiter (le cachet faisant foi!!) nous partons à la découverte du village...

img-3202.jpg img-3183.jpg img-3200.jpg img-3208.jpg

En haut des marches

Une vue rafraichissante

La mer au loin

 

 

Tombo au temple

Je vais sonner la cloche

Etape Dix-sept

(Tombo : libellules)

 

img-3212.jpg Stand 19, Miyamato Musashi contre Sasaki Kojiro lors de leur duel sur l'île de Ganryu, illustration du roman de Eiji Yoshikawa, "La parfaite lumière".

Rendant une copie pleine, nous gagnons un paquet de bonbons (^__^), petit gouter avec des crevettes...

Pèlerinage!

Pour la fête des poupées

Nio no Ebi

(Nio no Ebi : les crevettes de Nio)

 

Après une chaude journée, rien ne vaut un Onsen (Bain en plein air!). Kitohiki Kairu.

Et maintenant notre auberge pour la nuit, Miyabi no sato!!!!!Extraordinaire...

img-3215.jpg   Entrée!

img-3237.jpg   Plats...!

img-3213.jpg  Dessert ! (un véritable théatre de Noh, privé!!! Exceptionnel)

Pour le digestif, mon premier Kukaï (rencontre de poètes écrivant des haïkus et les mettant à l'appréciation des autres!)

Après la pluie

Le jardin respire aussi

Soir d'automne

 

Que dire à notre hôtesse! Comment remercier Kei San? Gassho...

 

A suivre...

 

 

Lundi 17 septembre (Jour 5)

 

Réveil chez Kei San, matinée de repos, nous discutons avec notre hôte, découvrons son Chashitsu (pavillon de thé), et préparons notre départ pour la journée... Il pleut, un peu de fraicheur, les grenouilles chantent!!!

 

img-3249.jpg Se réveiller dans cette chambre! img-3258.jpg Tsukubai (pour les ablutions)

 

img-3302.jpg Chashitsu  img-3266.jpg L'entrée par la Nijiriguchi (tout le monde se baisse quelque soit la classe sociale)

 

  img-3269.jpg Intérieur (le petit carré de tatami recouvre le Rô, le foyer pour l'automne et l'hiver)

 

img-3275.jpg La place de l'hôte qui prépare le thé

 

img-3276.jpg  Mizuya, pièce qui permet de préparer les ustensiles (la cuisine!!)

 

img-3289.jpg  img-3292.jpg  img-3293.jpg Comme dans les livres!

 

La journée commence!

 

Repas en ville (Kanonji-shi), au restaurant Ichitei, une veille maison de commerçant, avec des jardins intérieurs :

 

img-3312.jpg  img-3322.jpg Ces arbres sont utilisés pour fabriqués le charbon de bois servant à la cérémonie du thé...

 

Jardin intérieur

 

La pluie remplie les vasques

 

Sous l'arbre à charbon

 

 

 

img-3314.jpg Et en plus il manque des plats sur la photo!! (soupe, riz)

 

Nous retrouvons pour le repas Noguchi Sensei, et faisons la connaissance de son fils (qui écrivit plus de 10 000 haïkus en 6 ans, de l'âge de 8 à 14 ans!!!!!).

 

Après le repas, nous partons pour l'hermitage de Sokan (grand poète du XVIème siècle que l'on considère comme le grand-père du haïku) le Ichiya-an dans le temple Kosho-ji. Une sente nous y mène...

 

img-3358.jpg

 

Sensei Noguchi, nous invite à l'intérieur pour nous parler de la vie de Sokan... Présentation de documents, de haïkus, avec beaucoup d'humour!

 

img-3338.jpg  img-3346.jpg  img-3349.jpg

 

La pluie nous empéchant de redescendre, nous nous asseyons sur l'Engawa (partie en bois abritée entourant les maisons japonaises)

 

Ichiya-an

 

Sur les traces de Sokan

 

Le ciel dans les flaques

 

 

 

Un rideau de pluie

 

Je le regarde manger

 

Le moustique ---

 

 

 

De l'hermitage

 

Souvenir sur la chaussure

 

Sang de moustique

 

 

 

Retour dans le monde réel!! Nous faisons une halte au musée de Cyosha, présentant les chars que chaque quartier d'une ville fait porter à ses hommes les plus forts lors du Matsuri (fête traditionnelle) d'automne...

 

dsc-6828.jpg

 

 

 

img-3365.jpg  Types d'ornements recouvrant les chars, environ 4m pour 2 tonnes!

 

Retour chez Kie San pour une soirée de traditions, autour d'arts anciens : démonstration de Noh, de cérémonie de thé, jeux traditionnels d'Edo (XVIème):

 

img-3393.jpg

 

 

 

img-3397.jpg

 

 

 

Elle me regarde

 

Prenant mon bol de matcha

 

Premier Thé d'automne

 

 

 

img-3402.jpg

 

 

 

Soirée d'art d'Edo

 

Tosenkyo des chrysanthèmes

 

Dans le Théatre

 

(Tosenkyo : jeu qui consiste à faire tomber un objet posé sur un socle en bois à l'aide d'un éventail, plusieurs combinaisons donnent des points différents)

 

 

 

O Yasumi Nasaï!

 

 

 

A suivre...

 

 

 

Mardi 18 septembre (Jour 6)

 

Départ pour Matsuyama. Il faut compter environ deux heures de transport! La matinée est calme, assis dans le train, profitant des premiers souvenirs et regardannt par la fenêtre...

 

Entre les rizières

 

Les écoliers à vélo

 

Dernières chaleurs ---

 

 

 

Arrivés à Matsuyama, préfecture de Ehimé, nous nous rendons compte à quel point la ville est tournée vers le haïku, elle est considérée comme la capitale du haïku moderne!!! Marchant dans les rues, des stèles, des affiches, même les commerces sont décorés avec Shiki, Santoka... Tout respire le haïku!

 

img-3452.jpg Shiki (à gauche) avec son ami Soseki (grand auteur classique!)

 

img-3456.jpg  Santoka    img-3453.jpg  Dans la peau de Shiki...

 

img-3450.jpg  Un parfum de pays natal...

 

Nous partons pour le Bansuisoh, nous y découvrons un château français!! (Château construit par Mr Sadakoto Hisamatsu en 1922, à son retour de France, où il étudia à Saint-Cyr)

 

img-3410.jpg

 

 

 

Au Bansuisoh

 

Je le fredonne à nouveau

 

Cet air de Ravel

 

 

 

Nous y trouvons une exposition de masque de Noh...

 

img-3416.jpg img-3418.jpg img-3421.jpg img-3428.jpg img-3429.jpg img-3431.jpg img-3438.jpg  Portés par les plus grands acteurs!!

 

Le pays du haïku? Au premier étage, les associations japonaises de haïku présentent le magazine qu'elles publient... (la photo ne montre que la moitié d'une des deux salles!!)

 

img-3443.jpg

 

 

 

 

 

dsc-6947.jpg retour dans les Pyrénées ?

 

 

 

Le monde flottant

 

Avant de fêter Shiki

 

Matsuyama-Jo

 

 

 

Notre parcours se poursuit par le château de Matsuyama, construit en 1602 par Yoshiaki Katoh (avec la récompense gagné après la bataille de Sekigahara (1600) qu'il gagna auprès de Ieyasu Tokugawa. C'est l' un des plus grands du Japon, entièrement en bois...

 

img-3486.jpg

 

Comme l'oie sauvage

 

Dans les nuages des pins

 

Il prend son envol

 

 

 

img-3492.jpg De solides fondations... img-3498.jpg Différentes portes pour contenir les adversaires ...

 

img-3487.jpg Des gardes en alerte permanente !

 

img-3504.jpg A l'intérieur, il est possible de passer une armure de samouraï !

 

 

 

Nous quittons le château au pas de course... Rencontre officielle avec le Vice-Préfet de la préfecture de Ehimé, Keiji Joko San, lecture de haïkus et échanges d'omiyage (cadeaux), nous permettent de passer un bon moment avec un réel amateur de haïku.

 

img-4558.jpg  img-4562.jpg

 

img-3514.jpg

 

Niwakis de la préfecture

 

 

 

Une petite promenade en tramway puis à pied nous emmène au Dogo Onsen (la plus vieille source du Japon, dont le batiment en bois est de toute beauté) à côté duquel nous passerons deux nuits.

 

img-3522.jpg

 

Dogo Onsen

 

img-3529.jpg

 

Attendus à l'hôtel, Tsubaki Tei (La maison du camélia)

 

 img-3548.jpg

 

 

 

Ambiance locale

 

img-3527.jpg  img-3528.jpg  img-3530.jpg  img-3516.jpg

 

Les rues, la chambre, un des derniers trains anciens du Japon (toujours en service)

 

 

 

A suivre...

 

 

Mercredi 19 septembre (Jour 7)

 

Un grand jour commence... La commémoration du 111ème anniversaire de la mort du père du haïku moderne, Shiki Masaoka, natif de la ville de Matsuyama. On appelle cette journée hetchimaki, elle débutera au musée consacrée à l'auteur le Shiki-Kinen Museum... Nous serons accompagnés de Oyama San pour toute la durée de notre séjour en Ehimé.

 

img-3556.jpg img-3558.jpg 

 

Le musée, Le maître des lieux (à gauche, les trois derniers haïkus de sa vie)

 

 

 

Dès notre arrivée, nous sommes présentés à Miki Takeda San, la conservatrice, qui prend le temps de nous parler de son travail, de Shiki, des documents qu'elle conserve, avant de nous offrir un très joli livre qui nous permettra d'approfondir nos connaissances ! (disponible à la boutique du musée).

 

Après les discours officiels et les offrandes traditionnelles au défunt, nous sommes invités à monter sur scène pour être présentés à l'assistance (membre de la famille, personnalités locales, membres d'associations de haïku, amateurs de Shiki). L'ensemble de la salle apprécie notre venue...

 

 

 

Une fleur dans les mains

 

Le respect des traditions

 

Saluer Shiki

 

 

 

Visite du musée...

 

img-3562.jpg

 

Shiki dirigeant un Kukaï (sorte de compétition de haïku)

 

img-3566.jpgReconstitution de son hermitage

 

img-3567.jpg

 

Il suffit de lire...

 

 

 

Visite de la maison de Shiki (reconstitution à côté de sa tombe)

 

img-3571.jpg img-3575.jpg img-3576.jpg img-3582.jpg

 

A côté de la tombe de Shiki, se trouve la tombe du pinceau de Kyoshi (un de ses amis poète)!

 

img-3589.jpg

 

Après un repas dans un restaurant de Udon (pâtes de blé que l'on trempe dans un bouillon, froid aujourd'hui, il n'y a pas que du poisson au Japon!), nous repartons pour notre circuit haïku!!

 

img-4616.jpg

 

Un art de vivre, Matsuyama compte plus de 90 haïku-post (boites aux lettres dans lesquelles on peut glisser ses poèmes... En japonais ou en Français). Ici, dans le Tramway...

 

img-3591.jpg

 

Matsuyama compte plusieurs hermitages dans lesquels quelqu'uns des plus grands poètes ont séjourné...

 

Le Kôshin-an, résidence de Chodo (peu connu en France, Kurita Chudo (1749-1814) fait construire son hermitage en 1800) contemporain de Issa (plus traduit...) qui y fut souvent reçu! Bien que le site soit habituellement fermé le mercredi, nous sommes reçus directement par des membres de l'assocation des amateurs de Chodo, et l'on assiste à une cérémonie de thé au Sencha (thé en feuilles) plus informelle et plus populaire que le Chanoyu au Matcha (Thé vert en poudre).

 

img-4681.jpg

 

img-3596.jpg 

 

L'hermitage est connu pour son jardin dont le propriétaire a parlé des ses haïkus... Et pour sa glycine (Fuji) de plus de 200 ans!!

 

img-3606.jpg Kurita Chudo  img-3615.jpg  img-3621.jpg

 

 

 

Nous quittons le Kôshin-an à regrets!!

 

 

 

Une porte basse

 

Gomme les différences

 

Feuilles d'automne sur l'eau

 

 

 

Dans l'hermitage

 

y faire son nid pour un temps

 

Ou pour toujours ---

 

 

 

Dojo sur le fond

 

Il écrit son chemin

 

Sous les nuages

 

(dojo : poisson long qui en se déplaçant laisse des traces tel un skieur dans la poudreuse)

 

 

 

Nous sommes attendus par les membres de l'association des amateurs de Santoka (fin XIXème, membre de la secte Zen Soto-Shu), au Issô-an, l'hermitage dans lequel il termina sa vie...

 

Lors de notre arrivée, un véritable comité d'accueil se présente à nous, et le président de l'association nous dresse le portrait du poète et nous présente sa vie.

 

Ensuite, nous entrons dans Issô-an... et quelle surprise, ils sont nombreux à nous attendre (dedans, dehors...)! En commençant par un maître de Biwa qui va nous interpréter la chanson de Santoka! Nous saluons l'autel, déposons quelques fleurs et prenons place...

 

 

 

On me donne la main

 

Pour me faire voir Santoka

 

Son bol dans l'autel

 

 

 

img-4716.jpg 

 

dsc-7184.jpg

 

Démonstration de calligraphie, mise en scène d'un haïku de Santoka

 

img-4744.jpg

 

Nous sommes invités à écrire un de nos textes !

 

 

 

img-3648.jpg  img-3655.jpg

 

Faire des empreintes de stèles...

 

 

 

img-4755.jpg

 

Prendre une photo avec le sosie de Santoka, gants blanc de rigueur pour tenir le bol du maître

 

 

 

Riche après-midi!!

 

 

 

Couvert de cadeaux

 

Sur le chemin je pense...

 

A ma valise!

 

 

 

Gassho !

 

 

 

Pour terminer une telle journée, nous allons au Dogo Onsen... Une partie du bâtiment est réservée à l'empereur, la visite est intéressante... Mais les photos interdites!! (Vous ne verrez que sa porte privée)

 

img-3549.jpg

 

 

 

A suivre...

 

 

 

 

Jeudi 20 septembre (Jour 8)

 

Aujourd'hui, c'est un programme différent qui commence... Les haïkus se réfèrent à la culture japonaise et les arts traditionnels...

 

Musée de Iyo-Kasuri de Matsuyama. Le Japon est connu pour ces tissus de couleur bleu indigo...

 

img-3656.jpg

 

Atelirer de tissage

 

img-3663.jpg  img-3664.jpg

 

Les bacs de teinture (nous utiliserons celui de droite, 1,5m de profondeur!)

 

img-3658.jpg  img-3659.jpg

 

Plusieurs modèles nous sont proposés afin de réaliser nous-même un carré de tissu. Différentes techniques existent afin de créer des motifs (deux en photos), mettre des billes dans le tissu (photo de gauche), nouer des morceaux avec du fil (photo de droite), plier le tissu...

 

 

 

Odeur d'acide

 

Les mains dans la teinture

 

Je fixe l'horloge

 

 

 

Buvant l'indigo

 

Le tissu se transforme

 

Pour quel résultat?

 

 

 

img-3667.jpg

 

Une haiku post dans l'atelier de teinture, je traduis un texte en anglais et je le glisse dans la boite... Nous verrons, les boites sont relevées tous les deux mois et les haikus sélectionnés!!

 

A suivre...Ou pas!

 

En route pour la petite ville de Uchiko, dans la campagne...

 

Nous commençons par visiter la fabrique traditionnelle de papier japonais d'Ozuwashi (le papier fabriqué dans le quartier d'Ozu).

 

img-3689-1.jpg img-3673.jpg

 

L'entrée du magasin (Tenjinsanshi) et l'atelier à quelques mètres...

 

Dans de grand bacs, de la pâte à papier est préparée avec de l'eau et une d'un arbre de la région, le Kozo. A la manière des chercheurs d'or, l'on prend de la mixture à l'aide d'un tamis recouvert d'un Sudare (natte en bambou) sur lequel la pâte se dépose au et à mesure que l'eau coule. On obtient ainsi une feuille plus ou moins fine (en fonction de la quantité) que l'on dépose sur un séchoir... Le papier est prêt!! Assez simple en fait!

 

img-3676.jpg  img-3677.jpg  img-3684.jpg

 

Le papier d'Ozu sert pour les shojis, la calligraphie (celà dépendra de l'épaisseur), mais aussi pour les cerf-volants...

 

Visite du musée du cerf-volant d'Ikazaki (quartier d'Uchiko), Ikazaki no tako...

 

Quelques baguettes de bambous, du papier, de la peinture, beaucoup d'imagination et de savoir faire!!

 

img-3695.jpg 

 

Le Japon, un pays de cerf-volants!!! Une maquette présente quelques exemples de construction par région dans tout le pays...

 

img-3704.jpg  img-3703.jpg  img-3700.jpg 

 

Certains modèles font plusieurs mètres d'envergure !

 

img-3718.jpg

 

 

 

Sur l'Odagawa

 

Jouer au cerf-volant

 

Comme des enfants

 

(L'odagawa est la rivière à côté de laquelle nous avons testé des cerf-volants)

 

 

 

Nous rejoignons le centre ville pour déjeuner au restaurant Shimohaga-Tei, une bâtisse de 140 ans, dont la spécialité sont les Soba (nouilles de sarrasin que l'on trempe dans un bouillon chaud ou froid). La région produit du vin que nous sommes invités à déguster (très agréable!)

 

img-3742.jpg

 

La maison possède un joli Tsuboniwa (petit jardin intérieur)

 

img-3733.jpg

 

Repus, c'est l'heure de découvrir les rues d'Uchiko, avec ses nombreux bâtiments historiques et traditionnels, ainsi que ses nombreuses boutiques d'art...

 

img-3746.jpg  img-3759.jpg

 

Uchiko possède un vrai théatre Kabuki (Uchiko-za) d'une capacité de 650 places, offert par les habitants à la ville en 1916 pour célébrer l'accession au trône de l'empereur Taisho, il est toujours en service et reçoit les plus grands artistes du genre...

 

img-3760.jpg Stop pour piétons! img-3766.jpg  Entrée de boutique! img-3767.jpg  img-3785.jpg  img-3798.jpg  img-3762.jpg Haïkus au temple Shinto img-3768.jpg  img-3784.jpg  img-3802.jpg  img-3825.jpg

 

De longues heures à déambuler dans les rues...

 

Direction Ozu, où nous allons assister à une pêche aux cormorans..., et dîner sur le bateau...

 

img-3834.jpg

 

Arrivée au crépuscule...

 

dsc-7363.jpg  dsc-7366.jpg

 

Bateau et plateau repas (Obento)

 

 

 

dsc-7398.jpg

 

 

 

Soir de cormoran

 

Tirant le bateau de feu

 

Ils vont au château

 

 

 

Sur l'hijikawa

 

Nous dandinons en suivant

 

Les oiseaux pêcheurs

 

 (hijikawa: nom de la rivière)

 

 

 

A suivre...

 

 

Vendredi 21 septembre (Jour 9)

 

Visite du pavillon de thé Garyu Sanso de Ozu. Le bus nous dépose en contrebas, pour nous permettre de faire une petite promenade matinale dans les rues désertes...

 

img-3841.jpg  img-3848.jpg  img-3845.jpg

 

Rue d'Ozu, des pavés pour la direction, même les plaques d'égouts sont élégantes!!

 

Après une légère montée nous l'apercevons...

 

img-3853.jpg

 

Garyu Sanso : La maison de la montagne du dragon qui dort!

 

De l'extérieur, l'établissement est superbe, le bâtiment du premier plan abrite... des toilettes municipales!! Ca promet!

 

Le Garyu Sanso possède trois bâtiments et un jardin dont la construction s'est répartie en plusieurs phases, début XVIIème pour le Furo-an et une partie du jardin (des cerisiers et des érables ont même été transplantés de différentes régions du Japon), 1903-1907 pour le Garyu-in (sa construction ayant nécessité le savoir faire de maîtres artisans de Ozu et de Kyoto utilisant des matiériaux d'exception!) et 1949 pour le dernier pavillon de thé, Le Chishi-an.

 

Les photos sont malheureusement interdites dans le pavillon du Garyu-in... Mais il y a le reste... La visite commence

 

Entrée

 

img-3871.jpg

 

Tsuboniwa du Garyu-in depuis la Seisui-no-ma (pièce d'été)

 

img-3876.jpg

 

Vue depuis l'Engawa (marquise) du Garyu-in

 

img-3890.jpg

 

img-3883.jpg

 

img-3885.jpg

 

img-3888.jpg

 

Visite du Chaniwa (jardin de thé) comme si vous y étiez...

 

(Aller)

 

img-3894.jpg

 

img-3897.jpg

 

img-3946.jpg

 

img-3903.jpg

 

img-3908.jpg  Chishi-an

 

img-3921.jpg  Furo-an

 

img-3928.jpg

 

img-3934.jpg

 

img-3930.jpg

 

img-3935.jpg

 

 

 

Matin d'automne

 

Les reflets du soleil

 

Dansent au plafond

 

 

 

(Retour)

 

img-3932.jpg

 

img-3943.jpg

 

img-3918.jpg

 

img-3912.jpg

 

 

 

Premières feuilles rouges

 

Dans le jardin de mousse

 

Pas une sur le sol !

 

 

 

 

 

img-3895.jpg

 

img-3947.jpg

 

... 

 

GARYU SANSO....!!

 

Direction l'atelier de poterie de Tobe (13 kms de Matsuyama), Tobe Yaki. Nous sommes invités à décorer un bol en dessinant dessus avec un mélange terreux... Le résultat final ne pourra nous être livré que dans 15 jours...

 

img-3958.jpg  img-3967.jpg

 

 

 

Passage à Tobe

 

Daruma et son zafu

 

Laissés sur le bol

 

 

 

Le temps passe... Direction Matsuyama pour goûter à une autre spécialité!!! Le Yakiniku, une sorte de barbecue sur table... Au menu boeuf de Kobe (Kobegyu)!

 

img-3968.jpg

 

Délicieux, comme tout ce que nous avons goûté jusqu'à présent!!

 

Musée de tuiles de Kikuma (Kikuma Kawara). Le Japon est célèbre pour ses toits de tuiles, et les ornements qui protègent la maison... (des esprits, du feu, des inondations...)

 

img-3970.jpg  img-3982.jpg img-4008.jpg

 

img-4004.jpg

 

 

 

Ryu sur la maison

 

Nous protège du feu ---

 

N'ouvre pas la bouche !

 

 

 

img-4027.jpg  img-4032.jpg Daruma Kama (four à la forme de Daruma!)

 

 

 

Musée de la ville de Imabari, Imabari City Kono Museum of art, connu pour sa grande collection de Kakemono (rouleau peint à suspendre) et Byobu (paravents).

 

Les photos sont interdites dans les musées de peintures... Je ne pourrais que présenter l'ancienne maison du créateur de ce musée, Kono San, décédé maintenant...

 

img-4037.jpg  img-4049.jpg(Pièce de thé de deux tatamis, vu par la Nijiriguchi, porte basse d'environ 70 cm de côté)

 

 

 

La journée se termine dans un excellent restaurant de Yakitori (brochettes de poulet), et les plats s'enchainent nous montrant que les recettes au poulet sont variées...!

 

img-4066.jpg

 

Après un bon repas, un bon repos! Et nous sommes servis avec notre hôtel, Imabari Kokusai... A voir!

 

img-4068.jpg

 

 

 

 

 

A suivre... 

 

 

 

 Samedi 22 septembre (Jour 10)

 

Hier soir je parlais de notre hôtel... Vue depuis le salon...

 

img-4071.jpg

 

Aujourd'hui, nous allons découvrir un des ponts qui relie Shikoku à Honshu (ici de Imabari à la préfecture de hiroshima), en passant par plusieurs îles. L'ouvrage est superbe, et s'étend sur cinquante kilomètres... Certains le traverse en vélo...

 

img-4091.jpg

 

 Une petite idée...

 

img-4078.jpg

 

Prendre de la hauteur sur le Kirô-san pour voir la première portion...

 

 

 

Une glace salée

 

Regardant Shimanami

 

Soleil d'automne

 

 

 

img-4079.jpg 

 

Cadenas des amoureux...

 

La traversée continue... A mi-chemin, c'est la frontière entre Honshu et Shikoku sur l'île de Omishima. A cet endroit se trouve la cloche du bonheur, fondue en Normandie et offerte à la ville de Tatara comme symbole du jumelage du pont Tatara Ohashi et du pont de Normandie.

 

img-4085.jpg  img-4088.jpg

 

A quelques pas de là se trouve le sanctuaire shintoïste de Oyamazumi, dédié aux marins et aux guerriers et classé trésor national. La visite s'impose...

 

 

 

 img-4094.jpg  img-4098.jpg  img-4107.jpg  img-4108.jpg

 

Entrée récente en cyprès de Hinoki, arbre sacré, coffre à offrande, lanterne

 

 

 

Oyamazumi

 

Devant l'arbre de mille ans

 

Faisons un voeux 

 

 

 

img-4111.jpg

 

 

 

Encore une autre spécialité au menu ce midi, dans le restaurant à côté du temple...

 

 

 

Les îles de Seto

 

Beaux poissons et crustacés

 

Sur le hibachi !

 

 (hibachi : sorte de barbecue)

 

img-4125.jpg

 

 

 

Joli poisson ---

 

Dévoile tes arêtes

 

A notre table

 

 

 

Retour à Imabari pour prendre le train afin de rejoindre Takamatsu (dernière ville de notre périple!). Petit moment d'attente à la gare que nous mettons à profit pour aller voir le château de Imabari.

 

img-4128.jpg  img-4140.jpg  img-4136.jpg

 

Visite un peu rapide... nous n'avions que 45 min avant notre train et le château n'est pas à côté de la gare...

 

A Takamatsu, notre première nuit se passera à l'université de Kagawa, dès notre arrivée, le professeur de Kendo, Yamagami Senseï, 8ème Dan, vient nous saluer et nous propose de venir voir le Geiko. Les valises déposées, nous assistons à 45min de travail intensif dans une ambiance studieuse mais de très grande convivialité... Tout le monde s'encourage, travaille... Le Senseï est très prévenant avec ses élèves, mais les pousse dans leurs derniers retranchements!!!

 

img-4152.jpg  img-4156.jpg  img-4161.jpg

 

img-4163.jpg

 

Nous passerons la soirée avec Yamagami Senseï, des enseignants de l'université et quelques élèves...

 

  

 

A suivre...

 

Dimanche 23 septembre (Jour 11)

 

Le programme du jour sera la découverte de l'île de Shodoshima, et ses relations avec le haïku (Hosaï, Santoka...). Journée organisée par Noguchi Sensei, il nous guidera à travers l'île connue pour être le lieu de tournage du film "Les 24 prunelles" (pour les amateurs de cinéma japonais d'après la nouvelle de Sakae Tsuboi).

 

img-4170.jpg

 

Arrivée sur l'île en Ferry.

 

img-4172.jpg

 

Monument célébrant le 100ème anniversaire de l'arrivée de Hosaï sur l'île.

 

img-4175.jpg

 

Inoue Senseï et Yamamoto Senseï nous parlent d'Hosaï, de ses relations avec son maître Seïsensui, de l'histoire de l'île et du haïku (des bibliothèques vivantes...), dans le Hosaï Ozaki Memorial Hall.

 

img-4184.jpg  img-4186.jpg

 

Hozaï Ozaki Memorial Hall.

 

img-4185.jpg

 

 

 

Comme Santoka

 

Venant saluer Hosaï

 

Un jour d'automne

 

(Nous avons, comme Santoka, versé du saké sur la tombe d'Hosaï...)

 

 

 

img-4196.jpg  img-4199.jpg

 

Les rizières du village de Nakayama dont la spécialité culinaire sont les Somen. Les habitants se réunissent  plusieurs fois par an pour mettre en place des pièces de Kabuki dans un théatre en plein air!!

 

img-4200.jpg

 

Nakayama Noson Kabuki

 

img-4214.jpg

 

L'ïle est connu pour son climat, un air de d'île Grèque.. On peut d'ailleurs visiter le Shodoshima Olive Park, Michi no Eki. Une magnifique plantation de plusieurs hectares avec vue sur mer!

 

img-4225.jpg  img-4227.jpg  img-4236.jpg

 

Kuhi no mori, forêt de stèles... 91 le long d'un chemin forestier, chacune gravée d'un haïku...

 

 

 

Le long du chemin

 

Sur les feuilles d'automne

 

Les stèles me regardent

 

 

 

img-4242.jpg  img-4248.jpg

 

De très beaux points de vue sur les gorges de Kanga depuis le plateau de Utsukushi-no-hara (777m), une petite surprise en redescendant!!

 

 

 

A suivre...

 

 

Lundi 24 septembre (Jour 12)

 

Quitter l'île de Shodoshima... Pour rejoindre Takamatsu...

 

 img-4264.jpg

 

 

 

Les arts traditionnels de Takamatsu sont au programme de la matinée avec deux visites d'artisans d'arts...

 

Takamatsu-Wagasa (ombrelles, traditionnellement utilisée pour la danse), chez Monsieur et Madame Miyoshi, un des derniers fabricants traditionnels du Japon!

 

L'atelier se trouve dans une ruelle, dans le jardin derrière la maison... Comme souvent au Japon, maison et atelier ne font qu'un...

 

img-4266.jpg  img-4267.jpg

 

img-4271.jpg

 

Très taditionnel

 

img-4276.jpg

 

img-4279.jpg

 

 

 

Les mains du maître

 

Une technique sans faille

 

A quoi pense-t-il?

 

 

 

img-4280.jpg

 

img-4282.jpg

 

 

 

Seconde visite, l'atelier Goto-nuruti, utilisant une technique de laque de Kagawa mise au point par Goto Taihei. La particularité de cette technique est le ton sobre et élégant qu'elle donne aux objets grâce à une méthode de polissage. Des objets très nobles, d'une élégance et d'une finesse rare...

 

Démonstration de laque par Madame Goto, 5ème génération...

 

img-4287.jpg

 

 img-4294.jpg

 

img-4297.jpg

 

 

 

L'après-midi libre, Minh et moi allons voir le château de Takamatsu dans le parc Tamamo...

 

img-4370.jpg

 

img-4331.jpg

 

img-4332.jpg

 

img-4346.jpg

 

img-4349.jpg

 

img-4358.jpg

 

 

 

A suivre...

 

Mardi 25 septembre (Jour 13)

Le Ritsuren-Koen... J'en rêvais!! Un des trois plus beaux jardins du Japon, de type "paysage-emprunté" (car il a comme toile de fond le Mont Shiun qui semble appartenir au jardin), il a été créé au milieu du XVIIème siècle, pour Takatoshi Ikoma, alors Daimyo de Sanuki (l'actuelle Kagawa).

La découverte de ce magnifique parc sera un peu particulière, car nous avons un comité d'accueil... Journalistes, télévisions... Pour voir des français écrire des haïkus dans le parc! Nous sommes aussi attendus par le directeur, Monsieur Takashi Furukawa qui nous fait une présentation de l'historique du parc et des ses caractéristiques...

Ce matin nous devons faire un Ginko, une promenade qui sert d'inspiration pour écrire des haïkus afin de les lire lors d'un Kukaï (échange de poèmes, et sélection dans certains cas).

Pas très évident dans un premier temps de se retrouver entouré de journalistes et de caméras pour écrire... et puis finalement... On prend quelques photos, on marche un peu moins vite... et ça vient...!

Le Risturin est réputé pour ses nombreux pins taillés. J'étais prévenu, mais là!! c'est incroyable!!

img-4377.jpg

Tsurukame-matsu (pin de la grue et de la tortue)

img-4382.jpg

img-4384.jpg

Le jardin comprend un musée des arts traditionnels de Sanuki, avec un petit salon de thé donnant sur un Karesansui (jardin sec)

img-4398.jpg

L'endroit (Pins noir taillés "en forme de boite", unique au Japon)

img-4392.jpg

L'envers!

 

A l'abri des regards

Dans les branches des pins

Soleil d'automne

 

img-4429.jpg

 

D'une pierre à l'autre

Je traverse le ciel d'automne

Le regard des koïs

 

Step by step on the stones

I cross the autumn sky

Kois look at me

 

img-4430.jpg

Jardin sec devant le pavillon Kikugetsu-tei

img-4435.jpg

Keshimori-ishi (le sens interdit du jardin japonais!)

img-4443.jpg

img-4450.jpg

img-4439.jpg

img-4442.jpg

img-4440.jpg

img-4433.jpg

 Depuis le Kikugetsu-tei

img-4446.jpg

Un bol de matcha au Kikugetsu-tei pour le Kukai, sous la direction de Yukawa Senseï.

Cette dernère corrigera des haïkus de notre composition pendant toute l'après-midi dans le pavillon voisin Hanazono-tei, ce que l'on appelle un Tensaku.

img-5537.jpg

Pour finir l'après-midi, promenade en barque sur l'étang Nanko...

img-4462.jpg

img-4468.jpg

img-4490.jpg

img-4503.jpg

img-4476.jpg

Fin de journée au restaurant Ryutei Nichu... Le must de Takamatsu!

img-4522.jpg

img-4527.jpg

img-4528.jpg

img-4530.jpg

Délicatesse et raffinement...

 

Ryutei Nichu

Le goût de l'automne

Dans la bouche

 

img-4533.jpg

Ryutei Nichu, les deux papillons

img-5611.jpg

 

 A suivre...

 

Mercredi 26 septembre (Jour 14)

 

Bientôt la fin de notre aventure... Ajourd'hui, est un jour de présentation (représentation)! Visite à la préfecture de Kagawa où nous sommes reçus par le Vice-Préfet Monsieur Tenkumo Toshio, avant de visiter le bâtiment dessiné par Kenzo Tange avec son panaroma magnifique depuis le 21ème étage...

 

img-4548.jpg

 

img-4550.jpg

 

Jardins contemporains

 

img-4535.jpg

 

Telle une galerie... L'entrée!

 

img-4538.jpg

 

Depuis le 21ème, la colline de Yashima, l'île de Shodoshima dans le fond

 

img-4544.jpg

 

Le mont Shoin et le Ritsurin-Koen à son pied

 

img-5615.jpg

 

 

 

Le reste de la journée est consacré à la préparation et à la conférence que nous donnons en présence des amis et des soutiens de l'association Shikoku Muchujin, des différentes personnes ayant participé à la réalisation de ce projet, de la presse...

 

C'est le moment de revoir des visages, de remercier, de saluer... Un restaurant français pour terminer...!

 

A suivre...

 

Jeudi 27 septembre (Jour 15)

 

Dernier jour sur l'île de Shikoku... Je file au Ritsurin-Koen!!!

 

img-4552.jpg

 

img-4561.jpg

 

img-4568.jpg

 

img-4569.jpg

 

img-4575.jpg

 

img-4578.jpg

 

img-4583.jpg

 

img-4585.jpg

 

img-4599.jpg

 

 

 

A suivre...

 

 

Vendredi 28 septembre (Jour 16)

 

Ce soir à Paris, demain dans mon village... Le rêve va encore se poursuivre pendant longtemps dans mes souvenirs...

 

Petit regard en arrière... Que de choses vécues pendant ces deux semaines!!

 

Merci à tous les protagonistes de cette belle histoire...

 

Merci à tous ceux qui ont suivi mon blog, m'ont envoyé des messages...

 

Mon aventure continue au travers de mes jardins, de mes différents projets, peut-être de rencontres autour du haïku...

 

 

 

MERCI

 

 

 

A suivre...

 

 

 

 

 

 

 

mushujin02-200-50-1.jpg         s-jana-1.jpg   (Les sites de nos chers organisateurs!!)

Les blogs de mes compagnons de route :

Danièle Duteil : http://haikuduvidetdelaplenitude.blogspot.fr

Minh-Triêt Pham : http://mtpham75.free.fr

 

 ANNEXES

 

Préparatifs et quelques infos:

 

 

Préparation :

J-1

Je laisse la parole à mes élèves... Haïkus réalisés lors de la première séance en classe "Allez, on sort et on écrit!!" (ce n'est qu'un choix! Il y en avait d'autres...)

 

Les feuilles d'été

Tomberont rapidement

Quand elles jauniront!

Marco-Esaïe

 

Elle meurt à minuit

La rose éclose de midi

Canicule ---

Sarah-Clémence

 

Cachant un grillon

L'herbe mouillée du matin

Tremble sous le vent

Lola-Sébastien

 

Le soleil brille

Les papillons virevoltent

Le chant de l'oiseau

Baptiste-Batiste

 

J-2

Pau-Paris, Paris-Séoul, Séoul-Takamatsu... Environ 20h, ce sera le programme de mon trajet (temps de vol et d'attente), au moins j'aurai du temps pour écrire! 7 heures de décalage horaire.

Takamatsu (littéralement les grands pins), 420 000 habitants, ville de bord de mer officiellement fondée le 15 février 1890, bien que centre politique et économique depuis l'ère Edo (époque à laquelle fut fondée le jardin Ritsurin-Koen, de près de 75 hectares, attraction majeure de la ville, qui fut créé en presque 100 ans, des étangs, des collines, une maison de thé... ).

La ville est réputée pour ses Sanuki Udon (nouilles)...

Nous verrons sur place...

 

J-3!!!!!!!

Mais Où donner de la tête!!!!!

Rentrée scolaire, rentrée du dojo, reprise des entrainements... Préparation du voyage!

15 jours avec 25-30 degrés au compteur et 75-80% d'humidité, cela fait une sacrée valise... Mais quoi mettre dedans! Beaucoup de rencontres à prévoir, officielles pour certaines...! Bientôt le carnet de route!

 

4 Septembre:

Rentrée des classes

Les nuages se mêlent

Aux cris des enfants

 

Je découvre mes premiers élèves (j'ai une classe différente chaque jour), la présentation de ce projet les enthousiasme... Nous partons à la découverte du monde du Haïku, en lisant des classiques.

De retour à la maison, il faut se replonger dans les préparatifs : les Yens, les textes, l'histoire de ces lieux que je vais parcourir...

A ce propos :

Shikoku, particulièrement la province de Tosa (aujourd'hui Kochi) a été un lieu majeur dans l'histoire du sabre japonais et dans l'élaboration de ce qui deviendra par la suite l'école Muso Shinden Ryu (école que j'étudie auprès de mon Sensei, Jean-Pierre Réniez).

Haségawa Eïshin, septième Soke (responsable d'une école), après avoir étudié la voie du sabre à Edo (actuelle Tokyo) entre 1717 et 1735, et maîtrisé différents styles (ce qui deviendra plus tard Muso Shinden Ryu, Muso Jiki Den Ryu), retourna dans sa province natale de Tosa (au sud de Shikoku) et développa, à partir de ses connaissances, de sa formation et de ses expériences, l'école Muso Jiki Den Eïshin Ryu.

C'est à cet homme de génie que l'on doit, entre autre, le port du sabre tranchant vers le haut!! Après des années de recherches et d'entrainements, il découvrit qu'en plaçant le sabre ainsi, on pouvait dégainer et couper en un seul temps : Nuki Tsuke. Gagner en rapidité pouvait garantir la survie des Bushi (littéralement "homme de guerre") de l'époque.

L'enseignement original de Haségawa Eïshin fut rattaché à la lignée de Hayashizaki Jinsuké Shigenobu (fondateur originel de cette école à la fin du XVIème siècle) par le huitième Soke, Araï Kyonobu.

Après le retour de Haségawa Eïshin dans sa province de Shikoku, l'art du sabre se développa dans cette région et constitua la formation de base des Bushi de ces clans conservateurs et traditionnalistes. La renommée des hommes de Tosa dépassa alors les frontières de leur clan et leur vaillance était connu dans tout le Japon. Ce fut le neuvième Soke qui diffusa réellement Muso Jikiden Eïshin Ryu dans toute la province de Tosa où l'école fut longtemps en concurrence avec d'autres styles comme Mugaï Ryu et Oguri Ryu (qu'elle finit par dépasser).

Au début du XXème siècle, Nakayama Hakudo (1869-1958), véritable novateur et codificateur du Iaïdo moderne, perfectionniste s'entrainant depuis son plus jeune âge, après avoir étudié différents styles (Omori Ryu, Muraku Ryu, mais aussi le Batto Jutsu, le Ken Justsu, le Kendo moderne, le Jo Jutsu) décida d'approfondir encore son étude du sabre et décida naturellement de se rendre sur l'île de Shikoku. Il fut introduit auprès d'un Senseï de Tosa qui, dans un premier temps, refusa de lui enseigner son art! Nakayama Hakudo pensa rentrer alors à Tokyo, mais il fut invité par Oé Masamichi Shikeï (futur Soke qui sera à l'origine d'un regroupement des différents styles de Tosa sous le vocable Muso Jiki Den Eïshin Ryu) à l'accompagner pour des démonstrations, ainsi il pourrait voir le style de Tosa...

Par la suite, Nakayama Hakudo revint une seconde fois à Tosa et réussit à devenir le disciple de différents Senseï des deux branches principales de l'école (Shimomura Ha et Tanimura Ha). Devant son sérieux, même Maître Yukimune Sadayoshi, revient sur sa décision et lui enseigna...

De retour à Tokyo, Nakayama Hakudo continua à s'entrainer et à se perfectionner. Il nommera son propre style de Iaïdo, vers 1930, Muso Shinden Ryu Iaïdo...

nakayama-hakudo.gif

Nakayama Hakudo, Hanshi de Iaïdo, Hanshi de Kendo, hanshi de Jodo 

 

Pour tout savoir sur l'école Muso Shinden Ryu Iaïdo:

- Muso Shinden Ryu Iaïdo (Shoden-Omori Ryu) de Jean-Pierre Réniez, Collection Shobukan

- Muso Shinden Ryu Iaïdo (Chuden-Hasegawa Eïshin Ryu) de Jean-Pierre Réniez, Collection Shobukan

 

3 Septembre:

Le voyage en train est long, mais on peut profiter de ce temps :

Pages de guides

Ils me reviennent en pensée

Mes souvenirs ---

 

Retour sans résultat, mais non sans une nouvelle expérience... Notre tenue de pratiquant est bleue :

Portant l'indigo

A travers la fenêtre

Le crépuscule

 

30 Août-2 Septembre

Championnats d'Europe de Jodo à Bruxelles... Les préparatifs devront attendre!!

A suivre...

29 Août 2012 

Réalité...

Je viens d'apprendre que je pouvais partir!!Je vais maintenant pouvoir me préparer réellement et commencer à tenir mon blog à jour sur cet évènement... (C'est un peu par superstition que je ne voulais pas débuter...!)

Départ pour Shikoku le 13 septembre...

300px-shikoku-dialect.png

Shikoku, plus petite des quatre principales îles du Japon, située au sud de Honshu (la plus grande, la plus connue, Tokyo, Kyoto...), dont elle est séparée par la mer intérieure (Seto Naikai). Shikoku signifie "les quatre pays", en souvenir des anciens fiefs de Sanuki, Awa, Iyo et Tosa, qui ont laissé place aujourd'hui aux quatre préfectures de Kagawa (Nord-Est, Takamatsu sa préfecture), de Tokushima (Est, Tokushima), d'Ehime (Ouest, Matsuyama) et de Kochi (Sud, Kochi).

Le relief est montagneux avec des sommets atteignant près de 2000m (les monts Ishizuchi, 1982m, et Tsurugi, 1955m, furent longtemps des obstacles aux communications entre les différentes régions de l'île), le climat inégal, le nord, près de la mer intérieure est très ensoleillé avec peu de pluie, l'arrière pays montagneux est frais et plus arrosé, la côte pacifique, elle, est plus tropicale (palmiers, flore subtropicale) et subit des typhons en été et en automne.

Selon le Kojiki ("Chronique des faits anciens", recueil des mythes créateurs du Japon, basé sur des légendes datant des IV, V et VIème siècles, oeuvre essentielle pour comprendre la pensée Shintoïste...), Shikoku fut la troisième île créée par Izanagi et Izanami.

Au tout début du IXème siècle, le moine Zen Kukai, nommé Kobo Daishi après sa mort (774-835), rentre de Chine et crée la secte bouddhiste Shingon (bouddhisme ésotérique). Un pèlerinage de près de 1400km autour de l'île, suivant ses traces, traverse 88 temples (Hachijuhakkasho, littéralement "les 88 lieux"), qui, parcourut à pied, permet de se libérer des 88 passions matérielles. Ce pèlerinage (que l'on pourrait rapprocher de celui de  Saint Jacques de Compostelle) fait actuellement l'objet de dévotions des O-Henro-San (pèlerins habillés de blanc, symbolisant la mort du pèlerin au monde...), qui prennent de plus en plus le bus pour le réaliser (2 semaines contre 2 mois à pied...). 

Pour avoir plus de renseignements sur ce pèlerinage, n'hésitez pas à lire "Le pèlerinage des 88 temples en abri nomade sur les chemins sacrés du Japon" d'Ariane Wilson (Un très beau carnet de route...)

Renseignements pratiques:

Office du tourisme de Shikoku : www.tourismshikoku.fr/  (en français, des brochures PDF en anglais, présentant les incontournables de Shikoku)

Ambassade du Japon en France : www.fr.emb-japan.go.jp/index.html  (ce mois-ci, une présentation des charmes de Shikoku!)

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site