KARESANSUI

sauvegarde-1094.jpg

 

L'histoire du jardin de méditation

Petit regard par dessus l'épaule, pour voir la première photo du jardin de devant (Zentei), qui deviendra un jardin de méditation... (photo prise lors de la visite de la maison avec l'agent immobilier, le soir même l'idée du jardin sec commençait à voir le jour sur un morceau de papier...nuit courte! excitation maximum!!

 

 

20-02-049.jpg

 

Eté 2010. Après la rénovation de l'habitation principale (la maison était inhabitable!!), l'emménagement et le dojo... le chantier va commencer dans le jardin...

 

 

sauvegarde-426.jpg

Un coup de peinture sur le mur (ce n''était pas du luxe!!) et je mets en place une palissade en bambou (Take-Gaki) de style Misu-Gaki ajourée sur le haut pour s'isoler de la rue et cadrer la partie gauche du Karesansui. Une sutructure en pin sylvestre traité classe 3, les bambous horizontaux (Kumiko) sont laissés entier et fixés de par et d'autre de la structure, car vus des deux côtés. Des bambous verticaux, réunis par deux ou fendus en deux, (Oshibuchi) viennent cacher les vis et sont maintenus par des liens de ficelle noire (Shuronawa). Pour le dessus de la palissade (Tamabuchi), trois demi-bambous (2 sur les cotés et un sur le dessus (Kasa-dake)) sont vissés à la structure et liés par de la ficelle noire. J'utilise ici deux types de noeuds différents pour rendre la finition plus élégante. Avec le temps les bambous vont jaunir puis griser (aucun traitement n'est réalisé).

 Septembre 2010.

sauvegarde-418.jpg

Le Karesansui va débuter, lors de l'emménagement, de la toile intissée a été mise en place pour plusieurs raisons (entretien, préparation du sol...), l'ensemble du jardin sec devant être décaissé afin de créer des volumes (une butte le séparant de l'allée) et de mettre en place le gravier, la toile a permis d'éliminer toute l'herbe, ce qui permettra de retourner et de déplacer la terre plus facilement.

sauvegarde-455.jpg

20 centimètres de terre, sans compter les arbustes à enlever!! La future île tortue est en place, surmonté d'un cèdre taillé (pas encore planté...). On se rend bien compte du travail de la toile intisssée, sur le bas de la photo la terre est "propre"!

sauvegarde-464.jpg

Le travail de préparation est terminée. Au premier plan, l'emplacement de la future terrasse en bois (hé oui, il faut garder en tête que ce jardin doit permettre aussi de vivre une vie de famille!!), sur la butte nouvellement créée quelques piquets marquent l'emplacement des futures arbres (qui sont en cours de sélection en pépinière... cerisier du japon, pins sylvestre...)

 Octobre 2010.

sauvegarde-525.jpg sauvegarde-513.jpg sauvegarde-541.jpg sauvegarde-542.jpg

Petit roman photo ! Les arbres sont arrivés (enfin, il a fallu les aider!! (Photo 1) Des pins sylvestres, un pin noir, un cérisier du japon, des cyprès, des érables du japon, des camélias (japonica et sassanqua), des azalées ... D'autres plantations complèteront dans les prochains mois ce tableau déjà impressionnant... Il faut se mettre au travail, mais il ne faut pas se précipiter, il faut "nettoyer" les arbres de leur bois mort (Photo 2), trouver leur face (comme pour les Bonsais (arbre en pot), nous parlons de Niwaki (arbre de jardin) pour des arbres en pleine terre, mais le travail des parties aériennes est assez proche, il faut ici tourner l'arbre pour trouver le devant, sa meilleur orientation...), faire des trous importants (ici la terre ayant déjà été travaillée, il n'est pas nécessaire de faire des trous du double de la motte! ouff!), préparer les racines (Photo 3) et enfin planter... Les résultats sont immédiats et toujours encourageants! (Photo 4, un Cyprès de Leyland que je commence à tailler et haubaner est placé devant le pilier du portail, prochainement un article sur la taille des arbres à la japonaise...)

Novembre 2010.

sauvegarde-578.jpg

Un vrai mois de Novembre, de l'eau, du froid (je profite d'une éclaircie pour la photo)... Mais les travaux avancent! Et comment se réchauffer? Il faut mettre en place les pierres!! Pas d'énormes blocs amenés par des pelles mécaniques, j'ai décidé de n'utiliser que des pierres que j'aurai transportées. Habituellement, les jardiniers japonais commencent par disposer les pierres dans les jardins, mais encore faut-il les trouver! J'ai commencer par les arbres principaux, les pierres sont placées ensuite car leur taille ne nécessite pas d'importants déplacements de terre. Des Loniceras Nitida (Chèvrefeuilles arbustifs) sont plantés sur la butte et seront par la suite taillés en boule (Karikomi, technique de taille consistant à donner aux plantes des formes minérales ou de nuages). Sur l'île "tortue" de la mousse est mise en place, mousse trouvée sur des murs en pierre. Elle résiste au période chaude en brunissant mais se régénère à chaque ondée.

Décembre 2010 

Construction de la terrasse sauvegarde-629.jpg     sauvegarde-630.jpg Découpe... (même sous la pluie)

 

 

 sauvegarde-664.jpg

 Le Karesansui est presque terminé... La terrasse en mélèze (bois imputrescible) est laissée sans traitement ni lasure, elle va ainsi rapidement griser pour s'intégrer davantage dans l'ensemble. Le gravier (très fin mais plus gros que du sable, ce qui permet de le ratisser, de garder la forme, et de ne pas risquer qu'il s'envole au moindre souffle!) est mis en place sur un "bidim" et le long du trottoir une bordure en galets, séparés du gravier par des pavés, rappellent les drains mis en place sous les avants toits des maisons japonaises (ne disposant pas toujours de gouttières). 

 

Printemps-Eté 2011

Des fougères ont été plantées entre les pierres le long du mur (de la mousse y a même fait son apparition naturellement), le gravier est ratissé une fois par semaine (sa texture et sa taille lui permettent de garder la mise en forme longtemps, très pratique!! mais dans l'idéal c'est chaque matin qu'il faudrait retirer les feuilles et retracer le dessin), il faut maintenant laisser vieillir ce jardin devant lequel je placerai un petit banc en bambou (à suivre).

A l'automne, une haie de troènes sera plantée le long de l'allée permettant ainsi de délimiter cet espace...

Ce jardin est appelé jardin de méditation non pas seulement pour sa fonction contemplative, mais aussi pour l'entretien qu'il demande au niveau du ratissage... (ici très basique il faut l'avouer!)

sauvegarde-1088.jpg

A suivre...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×